L'Au-Delà de cette vie
Bonjour. Nous sommes ravis de ta visite. Pour ta présentation, il te suffit de cliquer ici : http://www.laudeladecettevie.com/f1-presentation-des-petits-nouveaux. Au plaisir de te lire

L'Au-Delà de cette vie

Forum sur le paranormal et la spiritualité
 
AccueilCalendrierFAQLe bavardS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Concours : A vos votes !!!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Pour quelle histoire de Noël allez-vous voter ?
Un trésor inestimable
13%
 13% [ 5 ]
Conte de Noël
10%
 10% [ 4 ]
La magie de Noël
13%
 13% [ 5 ]
Mon Noël de rêve
25%
 25% [ 10 ]
Un miracle de Noël
20%
 20% [ 8 ]
Le petit peuple des oiseaux
19%
 19% [ 8 ]
Total des votes : 40
 

AuteurMessage
Sérala2
Âme Immortelle
avatar


MessageSujet: Concours : A vos votes !!!   Lun 3 Fév 2014 - 5:13

Voilà, le concours est terminé, je vais vous mettre les histoires qui ont été proposées, à vous de décider laquelle vous plait le mieux. J'ai donné un numéro à chacune de façon à ce que le vote soit neutre. Vous pouvez bien sur voter deux fois.


Concurrent n°1





Concurrent n°2





Concurrent n°3

La magie de Noël

C’était une journée tristounette, pas de soleil, on ne voyait même pas le beau ciel bleu mais il ne pleuvait pas. Toute la famille se préparait pour le grand soir mais n’ayant que peu de moyens les parents avaient prévenu les enfants qu’ils n’auraient sans doute pas tous les beaux joujoux qu’ils avaient vus en rêves ! Les parents un peu déçus de ne pouvoir gâter leurs petits chérubins essayaient d’égayer au mieux cette journée !

La matinée avait été occupée à décorer la maison, le petit sapin électrique, un peu ancien mais qui fonctionnait toujours bien. Ensuite c’était le moment de préparer quelques biscuits pour le Père Noël, afin qu’il puisse se restaurer un peut, reprendre des forces pour le reste de ses livraisons ! Les enfants étaient très contents de pouvoir préparer ces quelques biscuits pour le remercier des jouets qu’il allait leur apporter et qu’ils attendaient tant ! Ils mettaient de la farine partout, tout en riant aux éclats et avaient surtout hâte de pouvoir y gouter. Une fois les biscuits cuits et à peine refroidis les enfants y avaient gouté et étaient tout contents qu’ils soient réussis !

C’était déjà l’heure du déjeuner, un repas simple, comme tous les jours ! Ensuite ce fut une promenade dans les bois, pour qu’ils soient bien fatigués le soir venu. Après avoir ramassé presque toutes les feuilles et bouts de bois,  ils commençaient à réclamer à rentrer pour ne pas louper la venue du Père Noël !


Le gouter était d’un petit biscuit du Père Noël (mais il lui en restait encore quelques uns) et d’un verre de lait bien chaud ! Ils jouaient avec leurs jouets en attendant que ce soit l’heure du diner qui n’arrivait pas assez vite à leur gout ! Au diner une petite cuisse de dinde, à défaut d’en avoir une entière, accompagnée de quelques pommes dauphines en forme de simleys, pour égayer ce diner si commun pour les adultes ! Puis un bon bain pour les calmés car l’excitation montait de plus en plus ainsi que leur énervement. Ils mirent les gâteaux dans une assiette au pied du sapin avec un grand verre de lait et une serviette. Ensuite ce fut un film de noël devant lequel la fatigue les emmena dans le pays des rêves. Le temps de les mettre dans leur lit et ils dormaient comment des bébés !

Les parents mirent les 2 cadeaux qu’ils avaient pu acheter sans en être ravis, car les enfants seraient forts déçue à leur réveil et allèrent se coucher à leur tour ! Le papa se réveilla avant la maman et quand il vit tous les cadeaux sous le sapin il n’y croyait pas. Il n’y avait mis que 2 cadeaux et là il y en avait une vingtaine ! Étonnés les parents se demandèrent qui avait bien pu apporter tous ces cadeaux sans vraiment vouloir croire à la magie de noël ! La maman alla réveiller les enfants pour leur dire que le Père Noël était passé. Quand les enfants arrivèrent devant le sapin, ils étaient tout heureux ! Ils sautaient partout et criaient de joie !


Quelle joie pour eux de voir que leurs parents s’étaient trompés en leur disant que le Père Noël ne pourrait peut être pas leur apporter tous les jouets dont ils avaient rêvés ! Les parents étaient tout émus de voir les enfants si heureux de pouvoir ouvrir leurs nombreux cadeaux et à chaque fois l’enfant qui ouvrait son cadeau disait "chouette c’est ça que je voulais, c’est ça que je voulais"… En effet, les parents ne voulaient pas y croire et pourtant, chacun des enfants avait eu tous les cadeaux qu’ils avaient voulus ! Les enfants ont passé toute la matinée et tout l’après midi à jouer avec chacun de leur jouet tour à tour jusqu’à ce que la fatigue les fassent aller au lit pour faire pleins de beaux rêves…

Alors vous n’y croyez toujours pas au Père Noël ?



Concurrent n°4

Mon Noël de rêve

Pour moi Noël est le moment le plus fort de l'année. J'ai sur le forum que je fréquente, une dizaine de fidèles, je dirai même d'amis, de véritables amis. Mon rêve serait de fêter Noël avec tous ces amis et ma famille. Je trouverais une grande maison pour tous nous accueillir et où nous pourrions passer ensemble ces 2 jours habituels dans la joie et la convivialité.


Je m'imagine ce moment, ils arrivent aux environs de 17 heures le 24, mamounette la première, elle est pressée de m’embrasser, ensuite arriverait Lumière Divine et Mélusine et tous prennent possession des lieux, chacun choisissant sa chambre... "qui prendra la chambre bleue ou la chambre pivoine", "qui voudra de la chambre aux secrets ou de la chambre aux chats" ? Je les entends rire et se passer les valises. Les enfants qui les accompagnent sont tout excités et montent et descendent les escaliers heureux d'être là et ensemble. Ça y est, ils ont choisi et je les entends qui descendent un à un pour me rejoindre dans l'immense salle à manger qui va tous nous accueillir ce soir.

J'entends un grand bruit et je me retourne pour apercevoir la pointe d'un sapin qui entre par la porte de l'entrée, j'ai juste le temps de voir quelques flocons voltiger et entrer dans la maison pour s'évaporer aussitôt sous la chaleur du vestibule. Totophe, Paco et  2 hommes costauds installent cet immense sapin, vert et brillant. 3 autres remontent de la cave avec plusieurs cartons sur lesquels sont écrits en gros ses mots "Noël". Les enfants s'agglutinent autour de l'arbre les yeux brillants de plaisir. Chacun s'empare d'une boule ou d'une guirlande et les dépose sur les branches du sapin qui peu à peu devient multicolore. On entend le bruissement de ses feuilles comme s'il était heureux de se voir ainsi aussi joliment paré. Puis chacun s'écarte et je me fais un passage pour aller déposer une magnifique et grande crèche dans laquelle la vierge et Joseph sont installés, ils préparent la venue de cet enfant que le monde attend, cet enfant salvateur qui a changé la face du monde lors de sa naissance il y a environ 2013 ans. Pinson raconte l’histoire de ce petit enfant à quelques uns des petits qui l’écoutent, émerveillés, suçant leur pouce ou berçant leur doudou.


Nous sommes tous autour de l'arbre attendris de voir les enfants qui jouent et qui se chamaillent et pour les calmer un peu nous les envoyons dehors pendant que nous allons préparer le repas de ce soir. je les regarde par la fenêtre, ils courent et se pourchassent dans la neige qui a déjà formé une belle épaisseur. Un bonhomme de neige nait sur la pelouse, les enfants lui enfoncent une carotte au milieu du visage pour lui donner ce nez qui manquerait tant pendant que les plus grands ont commencé une bataille de boules de neige mémorable. Pendant ce temps, nous avons distribué les tâches, il y a les ceux qui vont concocter un bon repas, huitres, foie gras, saumons fumé, dinde grosse et farcie accompagnée de son lit de marron. Cyclamen prépare le plateau de fromage pour les gourmands qui auraient un petit creux et la traditionnelle buche de Noël. Hummmmmmmm...

Il y a ceux qui vont dresser la table, c'est que nous sommes nombreux et ça va prendre du temps. Les tables se recouvrent de nappe d'un blanc immaculé et de chandeliers aux bougies dorées dont la flamme vacille sous le vent que font les passages continuels des personnes. Maïté les agrémente avec des branches de sapin, des boules argentées, Madadza les parsème de poussière argenté et dorée et Petite Etoile dépose assiettes, verres à pied et serviettes blanches à chaque invité. Les tables brillent sous la lumière des bougeoirs et du lampadaire géant qui illumine cette grande pièce. Quelle merveille, plus beau qu'un conte de fée.

Galaxia, Gisou et Pouchni décorent la pièce et bientôt les murs sont recouverts des mêmes habits de fêtes que le sapin arbore fièrement. Le pied de l'arbre commence à se recouvrir de paquets de toute sorte, des grands, des petits, des longs et des larges. J'entends une musique légère qui s'élève, des chants de Noël d'hier et d'aujourd'hui, ces chants qui ont bercé mon enfance, et je me prends à les fredonner doucement au fond de moi. J'ai presque envie de me lancer dans une danse vive et légère et j'ai hâte que les enfants entrent et peuplent cet endroit magique de rire et de cris de joie. Je lève les yeux et je contemple les guirlandes qui ont été jetées à travers la pièce et qui se croisent et se recroisent. Cette maison devient un énorme paquet cadeau, elle déborde de joie, de rire et d'amour. Et je soupire d'aise, quel bonheur d'avoir tout ceux que j'aime avec moi.

Tout à l'heure lorsque minuit sonnera, lorsque nous aurons terminé ce délicieux repas, j'irai installer le petit Jésus dans son lit de paille au milieu de la crèche. L’âne et le bœuf seront prêts pour réchauffer l'enfant et les bergers et les rois mages apparaitront pour l'admirer et le vénérer. Ce geste sonnera l'heure de la distribution des présents entassés sous l'arbre. Ange du bien arrivera, déguisé en père Noël avec une grande houppelande rouge brodé d'hermine blanche. Une barbe blanche et touffue encadrera son visage rieur. Dans son dos, une hotte débordera de jouets et de bonbons. Les enfants seront assis par terre, en rond autour du sapin et ne diront pas un mot, intimidés par le vieil homme.

Pendant qu'il distribuera les cadeaux aux enfants, les adultes s'offriront leurs cadeaux, avec des effusions de rire, "ah le beau pull", "chouette, je voulais justement le dernier livre de Werber" "oh, tu as pensé à cette jolie cravate que j'avais vu dans le magasin". Ces échanges seront arrosés de larmes de joie et de petits cris de plaisir. Attendrie par tous ces élans de bonheur, je remercierais l'invisible de m'avoir permise la réunion de tous ceux que j'aime dans cette belle maison. Enfin, nous nous installerons tous autour du sapin, la cheminée brulera de tous ces feux pour réchauffer tout ce joli monde et nous entendrons pétiller les buches de sapin. Les enfants s'endormiront un à un dans les bras des mamans ou des mamies et soudain, j'entendrais une léger murmure s'élever vers le ciel. Un chant de noël montera dans la pièce, Luc s'installera devant le piano blanc et maladroitement, accompagnera les choristes. Doucement pour ne pas réveiller les petits, tous, nous chanterons, bercés par la chaleur et par ce moment si fort en émotion.


Je serai heureuse d'être là, en ce moment présent je me dirai que finalement, la vie est belle quand elle nous offre de tels cadeaux. J'aurai une pensée d'amour pour tous les malheureux qui passent cette soirée seuls ou dans le froid. C'est un rêve pratiquement impossible à réaliser, parce que réunir tant de monde, trouver une si grande maison peut se révéler très difficile à faire mais c'est mon rêve. Ce doit être mon côté gémeau qui me pousse à vouloir près de moi tous ceux que j'aime mais y penser, avoir cette envie, c'est aussi ma façon à moi de leur envoyer mon amour et de leur crier du fond du cœur : Joyeux Noël.


Concurrent n°5

Un miracle de Noël

Nous étions à deux semaines de Noël, je détestais cette fête. Plus les jours avançaient et plus je devenais terne, renfermée sur moi-même. Je n’ai pas toujours été comme cela, j’ai perdu mon petit ami le soir du réveillon de Noël, il y a deux ans. Ses parents ont eu un accident de voiture, personne ne s’en est sortit. Il avait 17ans. J’ai cru que ma vie allait s’arrêter, contrairement à ce que pensait ma famille, ce n’était pas une amourette d’ado, c’était plus, nous deux c’était "à la vie, à la mort". Il s’appelait Thibault.

Thibault était ce genre de garçon bad boy, toujours prêt à faire les 400 coups avec ses copains, les filles lui tournaient autour mais c’était moi qu’il avait choisi. Quand nous étions tout les deux, il n’avait pas la même attitude qu’au lycée. Avec moi il était sérieux, attentionné et … romantique.
Quand j’y repense ça me fait sourire car il n’avait vraiment pas l’apparence d’un garçon offrant des fleurs à sa copine. Je l’aimais tellement, pas un jour passe sans que je ne pense à lui et avec cette fichue fête qui approche, je sais que mon cœur va encore saigner. Mes parents ne comprennent pas que je puisse "encore" être attachée à lui, que mes sentiments soient toujours les mêmes. Pour eux,  j’ai 18ans et toute la vie devant moi et qu’il est grand temps que j’avance.
- Alicia !


Ma mère m’appelle, nous devons aller faire les boutiques, finir les emplettes.
- J’arrive ! J’enfilai mon manteau, mon écharpe, je détestais le froid et par chez nous à cette époque de l’année, il fait bien froid.

La neige était déjà arrivée, la route a été dégagée pour que les habitants puissent sortir de chez eux. Je détestais me retrouver seule avec ma mère confinée dans la voiture, supportant ses questions qui,  je le savais, (une surtout)  allait revenir encore une fois.

- Ca se passe bien à l’école, ma chérie ? Ta copine Charlotte est revenue ? me demanda t-elle comme si de rien n’était.
- Oui maman, ça n’a pas changé depuis hier, Charlotte est revenue avec un énorme plâtre qui lui recouvre toute la jambe.
- La pauvre, juste avant les fête en plus et le bal qui arrive.

J’espérais qu’elle n’en dirait pas plus, nous n’étions pas loin du magasin à présent.
- Et ce garçon qui vient d’arriver, comment s’appelle t-il déjà ?
- Joshua, maman dis-je d’un ton exaspéré

- Tu lui as déjà parlé ? Il est beau garçon ?

A cet instant, garé sur le parking, je bondis de mon siège et claqua la porte. Je n’avais nullement envie de répondre à ces deux questions là. Nous entrâmes dans le magasin, je filais directement au rayon multimédia. Alors que j’atteignis le premier étalage, mes yeux s’arrêtèrent sur une compilation. Je pris le boîtier dans les mains et parcourais les titres. Mon cœur se mit à bondir dans ma poitrine, la chanson que Thibault et moi adorions, Notre chanson y figurait. Je décidais de l’acheté avec mon argent de poche. L’après –midi fut long, de boutiques en boutiques, je me demandais vraiment quand tout cela allait s’arrêter et que nous pourrions enfin rentrer. Après trois heures d’emplettes, ma mère trouva enfin qu’il était temps qu’on rentre. Ouf !

De retour à la maison, je montais directement dans ma chambre, lança mes affaires à droite, à gauche et mis le cd dans le poste radio. Je fis défiler les chansons pour enfin tomber sur la bonne. Le souffle coupé, j’écoutais sans un bruit, laissant échapper mes larmes. Tous mes souvenirs d’avec Thibault refaisaient surface. Je l’aimais tant, la vie était tellement injuste !

La semaine passa à toute vitesse, c’était enfin les vacances, un bal au lycée était organisé.  Ce n’était pas trop ma tasse de thé mais mes amies me forçaient à y aller. C’est donc avec une grande joie que je me préparais dans ma chambre en attendant que ma copine Alice vienne me chercher. Quand je dis "grande joie"  c’est ironique bien sûr. Seule ma mère était joyeuse de me voir sortir, elle avait prévu la chose, elle me sortit une robe bleu marine, assortit à mes yeux disait-elle, elle m’arrivait aux genoux, froufrouté dans le bas, avec un léger décolleté. Finalement, cette robe m’allait bien. Avant de partir, je remis notre chanson en route.  "C’est avec toi que j’aurais dû y aller" songeai-je. C’est à ce moment là que le cd coupa. Je ne compris pas ce qui se passait. Je tentai de relancer le poste quand Alice arriva. " On verra ça plus tard" pensai-je…

Je montais en voiture avec mon amie, Charlotte était là aussi, avec ses béquilles, elle aurait loupé cette fête pour rien au monde ! Le lycée avait engagé un groupe pour la soirée, l’ambiance était bonne. J’allais me servir un verre de soda quand je vis Joshua. C’est vrai qu’il était beau garçon, brun aux yeux verts.
- Salut ! Dis- je
- Salut Alicia, ça va ?
- Ca va, c’est plutôt réussi comme fête.

Il m’observait longuement, c’était vraiment gênant. Il détourna enfin la tête puis m’offrait son plus beau sourire.
- Tu veux danser ? me dit –il en me tendant la main

Je piquais un fard ne sachant pas trop quoi répondre puis je pensai à ma mère qui serait ravie de l’apprendre et qu’elle me lâcherait certainement la grappe après. J’acceptais donc sa demande me demandant vraiment dans quoi je m’étais embarquée. J’espérais me sortir de cette situation dès que la chanson finirait. Il m’attrapa par la main et m’amena sur la piste de danse. Je vis mes amies me regarder avec des yeux ébahis. Le moment que j’appréhendais arriva, il m’enlaça et nous commençâmes la danse.

J’étais très mal à l’aise, je pensais à Thibault, c’était le seul qui m’avait pris dans ses bras, je n’avais dansé qu’avec lui d’ailleurs. Je me raidis d’un coup quand je reconnue la chanson qui passait. Ca ne pouvait pas être possible, pas celle là, pas maintenant ni dans ces circonstances. Les larmes me montaient aux yeux, je ne pu les contenir, je repoussais Joshua et m’en allait en courant. La réalité revenait comme une claque en pleine figure.

Nous étions à présent le 23 décembre, je n’avais pas eu de nouvelles de Joshua depuis le bal, le pauvre, je l’avais planté là, sans rien dire. Je me sentais vraiment coupable, je ne savais plus que penser. Ma raison me disait de m’ouvrir à nouveau mais mon cœur refusait d’oublier Thibault. J’aurais tout donné pour le revoir à nouveau. Je surpris des larmes qui coulaient à nouveau. Je remis le cd une nouvelle fois lorsque ça se coupa encore. Je sortis le disque, le nettoyait et le remis, cette fois ci, ce fut le poste qui refusait de démarrer ! Je râlais lorsque je sentis quelque chose sur ma joue, je ne bougeais plus, retenant mon souffle. J’avais déjà entendu ma grand-mère parler de ce genre de phénomène, sans trop y croire.

La journée se passa assez rapidement, j’aidais mes parents à préparer la maison pour le réveillon du lendemain. Mon frère et sa femme devaient arrivés au petit matin. Une fois au lit, je repensais à ce qui s’était passé le matin. Alors que je posais ma main sur ma joue à l’endroit où j’avais senti le souffle, la lumière de ma lampe de chevet se mit à clignoter. Je bondis, tétanisée, c’est alors que je sentis à nouveau ce souffle sur mon visage. Je ressentis une vague d’amour  m’envahir, je me sentais bien, vivante, voilà je me sentais vivante, cela faisait deux ans que je ne m’étais pas senti aussi bien. Je réalisais à présent qu’il fallait que j’avance, que je tourne la page, mais Thibault que deviendra –t-il si je l’oublie ? M’en voudra t-il si j’ouvre à nouveau mon cœur ? Sur ces questions, je m’endormis.

Et voilà nous étions le 24 Décembre, ce jour que je redoutais tant, cette joie que les gens éprouvent, tout ces cadeaux au pied du sapin, j’avais passé ces deux dernières années à pleurer cette fête, aujourd’hui, je le savais, il me fallait dire au revoir à mon bien aimé. "Est-ce que je réussirais ?" pensais-je. La journée passa, le soir, avant le dessert, je m’éclipsais, je me rendis sur le balcon de ma chambre. Il y avait pleins d’étoiles, je pense que c’était le meilleur endroit pour lui dire au revoir. Comment dire adieu à son bien aimé, son unique amour ? Je ne savais pas trop comment m’y prendre. Je me mis à fixer une étoile et commença mon discours :


- Thibault mon amour, Cela fait maintenant deux ans que tu es parti, deux ans que mon cœur saigne par ta disparition. Tu me manques tant. Je ne cesse de penser à toi chaque jour. Mes journées sont longues sans toi, si tu savais… C’est très dur pour moi, mais je pense que c’est le bon moment, je dois te laisser, je dois continuer ma vie…" Je pleurais doucement  "Je ne sais pas si j’y arriverais" dis- je en plein doute. A ce moment là, une lumière éclatante étincela à côté de moi, Thibault apparu. Je restais bouche bée, inerte à le regarder. Qu’il était beau ! Il n’avait pas changé du tout.
-Alicia me dit-il en posant ses mains sur mes joues.

Je n’arrivais pas à parler, j’étais scotchée par cette apparition.
-Alicia, tu vas y arriver. Tu vas aller de l’avant, tu auras une belle vie rempli de joie.

Il me fit ce sourire que j’aimais tant.
- Et toi ? Arrivais- je à articuler. Qu’est ce que tu vas devenir ?
- Ne t’en fais pas pour moi, là où je suis, je suis très heureux. Tu dois continuer ta vie Alicia, c’est très important.
- Et puis ce Joshua à l’air très intéressé par toi, me dit il taquin.
- Joshua ?! Que … comment sais tu cela ? Je rougissais comme une pivoine
- Je te vois de là où je suis, je sais que ce garçon est très amoureux de toi, et tu l’as blessé en le laissant tomber au bal l’autre soir.

Je regardais mes pieds
- Tu ne m’en veux pas ?  Dis-je étonnée !

Il me prit le menton pour que nos regards se croisent.
- Bien sûr que non, je te l’ai dit, tu dois continuer ta vie.

- Nous avons eu notre histoire d’amour, nous avons vécu de merveilleuses choses mais maintenant c’est fini, tu dois ouvrir ton cœur à quelqu’un d’autre. Je veux te voir heureuse et épanouie. Je serais près de toi quelque part à veiller sur toi.
- Thibault, je t’aimais tant …
- Moi aussi Alicia…

Sur ces paroles, il se pencha pour m’offrir un dernier baiser. Quand je rouvris les yeux, il avait disparu. Je mis un petit moment pour retrouver mes esprits, je retournais auprès de ma famille avec un sourire qui ne me quittait pas de tout le reste de la soirée.


Concurrent n°6

Le petit peuple des oiseaux

Par une très belle journée ensoleillée, j’étais sur une branche en train d’observer notre grande sœur Dame Nature, ses immenses étendues, ses couleurs magnifiques et intenses. Dame Nature est sagesse, elle donne en abondance sans compter, notre petit peuple vie avec en complète harmonie et nous ne voyons pas les choses autrement. D’ailleurs, au sein de notre " communauté" tout est comme cela, en complète harmonie les uns avec les autres. Il y règne une atmosphère sereine, paisible. Bien sûr chacun a ses tâches bien définies et le fait avec beaucoup d’amour et d’enthousiasme. Nous sommes tous différents et pourtant nous ne faisons qu’un, regardez quand on se déplace en volant tous ensemble, nous ne formons qu’un seul et même nuage, solidaire et  plus résistant au vent. Nous sommes le peuple des petits oiseaux.

Tout en observant la beauté et les dons de notre grande sœur, je vis passer un congénère, son vol était majestueux, il était orné de belles grandes plumes, il avait l’air puissant et vaillant. Il choisit de faire son nid dans un des arbres les plus beaux. Son nid se construisait au fil des jours, et devenait de plus en plus gros à la limite de la démesure. De nombreux oiseaux venus d’autres contrées venaient mettre le bec à la patte, tout ce petit monde s’afférait  à cette somptueuse construction que souhaitait ce nouveau venu dans la grande forêt. Ce bel oiseau ne prenait aucun contact avec nous, pourtant nous lui tendions notre aile, mais rien à faire, il nous regardait  avec dédain. C’est vrai que notre allure physique est complétement différente de la sienne. Nous sommes de petites tailles, nous n’avons que deux couleurs pour les individus masculins, trois pour l’autre sexe. Nos nids sont simples mais douillets et fonctionnels.

Le nid fut fini au bout de quelques mois, et nous n’avions pas plus de contact, il refusait catégoriquement notre aide et notre amitié. Il avait construit un nid gigantesque à plusieurs étages. Le dernier étage était plein de graines, de fruits plus qu’il n’en fallait,  cela  débordait et   tombait souvent sur le sol pour y pourrir. On observait beaucoup d’allers et venus, beaucoup d’invitations étaient lancées, et le lieu devint vite connu et s’attira une notoriété particulière. Nous vîmes passer des oiseaux de toutes sortes, aux plumes très soignées et aux couleurs parfois extravagantes, on ne voyait plus que cela dans le ciel, c’était un sacré spectacle, on avait l’impression que chacun y allait de son plus beau plumage, ils festoyaient à grand train, laissant au sol les traces de leurs fêtes. Chaque jour nous nettoyions le sol rendu impropre par ces nouveaux locataires. Nous prenons soin de notre terre avec beaucoup d’amour, nous voulions qu’elle reste propre par respect pour elle, car nous l’aimions énormément. Le temps passait, nous vaquions à nos préoccupations tout en regardant d’un œil vigilant et attentionné sur ce qui se passait un peu plus haut.

Lors d’une nuit fortement agitée, il y eut des rafales de vent plus importantes que d’habitude, de grandes bourrasques qui ne ménageaient pas nos nids mais ils étaient bien construits et solides, et leurs tailles était parfaitement adaptés au climat que l’on connaissait bien. Le lendemain, après une petite nuit, sous sortîmes tous et nous nous  mîmes à ranger, nettoyer avec humour et grande joie. Bien vite, on aperçut que le grand Nid de notre voisin n’était plus là, on se mit rapidement à sa recherche et très vite nous sommes tombés sur ces tristes restes de brindilles, de branches, de feuilles et de paille tressée, le tout recouvert des graines et des fruits complètement écrasés et irrécupérables. Plus loin, se trouvait notre voisin, inconscient, les plumes sales et noyées par l’eau. Nous le primes délicatement et l’installâmes confortablement dans un de nos petits nids chauds et douillet. Je lui fis un bandage à une patte cassée, séchais et nettoyais délicatement ses ailes. Jour après jour, il reprit conscience mais ne parla pas. Il nous regardait, distant et absent, je ressentais en lui un grand désespoir, une peine profonde.


Dès qu’il put sortir, il se mit immédiatement à appeler ses amis avec qui il avait passé tant de bons moments, mais tous restaient muets, pas un son, pas un battement d’aile à l’horizon. Un jour, alors qu’il était en train de scruter le ciel d’un moindre mouvement, d’un signe quelconque, il vit des oiseaux compagnons, qu’il connaissait bien, du moins croyait-il les connaître. Il leva ses grandes ailes car encore incapable de voler, pour leur faire signe, mais ils passèrent leur chemin dédaigneux, allant rejoindre un autre endroit qui offrait plaisir, nourriture à volonté et oisiveté. Je le vis s’effondrer, le cœur labouré, complètement anéanti. Il resta immobile, figé pendant quelques heures. Je voyais dans ses yeux une incompréhension totale, et il me posa une question : « Pourquoi ? Pourquoi m’ont-ils abandonné, laissé choir comme cela, moi qui leur ai tout donné, mon grand nid, une nourriture abondante, des soirées mémorables à chanter toute la nuit…. Je l’ai laissé réfléchir seul….

Quelque temps après, il revint vers moi et me demanda pourquoi, nous petit peuple d’oiseaux étions venus à son secours, l’avions soigné, hébergé, sans rien demander et sans le juger alors que lui nous prenait de haut et nous jugeait par rapport à ce que nous paraissions. Ici lui dis-je, nous ne jugeons pas, chacun fait des actes en fonction de ce qu’il croit juste pour lui. Parfois, certains comportements peuvent être issus de craintes, de peurs de manque de confiance en soi, de perte de la foi. Une dualité s’impose, l’égo prend place et le mental fait le reste. Il nous impose une loi qui n’est pas la nôtre, mais nous explique et nous prouve que si on ne suit pas sa loi, alors on sera exclu, banni, de cette société. On abandonne  alors tous les repères et on s’en fixe d’autres qui deviennent nos référents, et nous bâtissons notre vie sur ces nouvelles pierres que nous croyons fiables.


[justify]Nous créons notre avenir à partir de nos actions, qui elles mêmes proviennent de nos pensées formulées par un mental qui obéit à un Ego.
- Mais comment le savoir, on ne nous dit rien !!!
- Il est vrai que l’on n’entend parfois pas grand-chose, mais faut-il encore que notre cœur soit à l’écoute. Une bonne terre ne doit-elle pas être labourée, travaillée, avoir eu un apport d’engrais pour qu’elle soit bien fertile et nous donner des fruits et des graines à profusion.
- Mais quand tu dis labourée,  que sous-entends-tu par-là ?
- Une terre devient stérile par qu’elle a été  trop exploitée, trop d’éléments extérieurs un peu comme des pesticides qui à force d’utilisation ont  brulé, consommé toutes richesses organiques. Il faut donc la travailler, l’aérer, lui apporter des éléments nutritifs, faire qu’elle se repose, un nombre d’actions suffisant pour lui permettre de redevenir fertile.

- Tu veux dire par là que mon cœur est stérile »
- Il faut changer de « terrain de jeux » pour qu’il soit plus propice à une vie différente.
- Mais comment comprendre qu’il faut changer de terrain de jeu et quand tu parles de terrain de jeu tu veux dire "façon de penser" ?
La manière de pensée est un début oui, elle façonne l’individu, en découlera des actions  qui deviendront des habitudes de vie puis un destin. Les épreuves de la vie te montreront très vite si tu es sur le bon chemin. Si l’énergie de ton cœur apprécie tes faits et actes.
-  Tu es en train de me dire que ce qui vient d’arriver, la destruction de mon nid, les amis qui me tourne le dos, ton aide et celui de ton peuple sont une expérience que je dois vivre pour comprendre que l’énergie de mon cœur est en train de me dire que je fais fausse route ?
N’es-tu pas déjà en train de te remettre en cause par ton questionnement ?
- Je m’aperçois que ton peuple est venu à mon  aide, sans jugement et avec amour  alors que je vous dénigrais et que finalement les amis que je croyais  Amis, se sont détournés  dès la première occasion.

- Les amis que tu avais, n’était-ce pas là le fruit de tes pensées égotiques ?
- Tu veux dire que  par ma façon de penser, d’être, j’ai attiré tout cela ?
En quelques sortes oui, c’est comme un aimant, on attire à soi  ce que l’on est, et parfois l’énergie du cœur a besoin de montrer efficacement le  résultat de ta construction.
- Je crois que je viens de comprendre la leçon et je te demande pardon pour toute mon attitude depuis le début, tu es plus petit que moi et ton plumage ne te favorise pas et pourtant je suis là comme un enfant à tes genoux, en pleurant de joie parce que je viens de retrouver une émotion que j’avais perdue, elle me fait vibrer tout mon corps, j’ai l’impression d’être plus léger, un nouvelle force m’envahit, c’est magnifique cette sensation de force, de bien être, je connais enfin le sentiment de paix intérieure.

Et c’est à ce moment-là que notre bel oiseau vit un point lumineux en provenance du petit oiseau, ce point devint de plus en plus grand pour entourer et donner des couleurs incroyables toutes plus belles les unes que les autres, plus lumineuses que jamais.
- Mais que se passe-t-il ?
Tu me vois avec ton cœur maintenant et non plus avec tes yeux, ce que tu croyais être n’était que le fruit de ta création et j’y ai participé car je devais jouer ce rôle pour t’enseigner.
- Si toi tu as joué un rôle, moi aussi dans ce cas !!!
Oui, et maintenant tu le sais….alors à toi de jouer, vole avec tes nouvelles ailes maintenant !!!!


Invité
Je te souhaite une lumineuse journée

Car vois-tu mon amour
Je t'aime davantage
aujourd'hui plus qu'hier et bien moins que demain

Le monde nous échappe
il nous reste l'amour, la simplicité
l'humilité de l'amour pour qui l'autre est tout,
voilà ce qu'il nous reste, c'est-à-dire, tout.

Serge Lama


Revenir en haut Aller en bas
marinne
Âme débutante
avatar


MessageSujet: Re: Concours : A vos votes !!!   Mer 5 Fév 2014 - 16:07


Merci pour toutes ces belles histoires, le choix a été difficile...
Revenir en haut Aller en bas
Sérala2
Âme Immortelle
avatar


MessageSujet: Re: Concours : A vos votes !!!   Mer 5 Fév 2014 - 16:11

Merci Marinne de t’être dérangée pour voter, c'est sympa. Comment vas-tu, toi ?


Invité
Je te souhaite une lumineuse journée

Car vois-tu mon amour
Je t'aime davantage
aujourd'hui plus qu'hier et bien moins que demain

Le monde nous échappe
il nous reste l'amour, la simplicité
l'humilité de l'amour pour qui l'autre est tout,
voilà ce qu'il nous reste, c'est-à-dire, tout.

Serge Lama


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Concours : A vos votes !!!   Mer 5 Fév 2014 - 23:30

je vous félicite, magnifique et comme marinne à dit, le choix a été difficile, j'ai hésité plusieurs fois c'est histoires sont pleines de magie et d'amour!  bravo coeur5   cadeau
Revenir en haut Aller en bas
Promeneur
Âme Administrateur
Âme Administrateur
avatar


MessageSujet: Re: Concours : A vos votes !!!   Jeu 6 Fév 2014 - 0:44

Pour moi c'est fait  super4 super4 

Bises à tous


Demain ? Pourquoi y penser ? Il n'est pas encore né !
Sachez savourer l'instant présent comme si demain n'existait pas...
                                                      T.A.D.M
Revenir en haut Aller en bas
PetiteEtoile22
Âme Immortelle
avatar


MessageSujet: Re: Concours : A vos votes !!!   Jeu 6 Fév 2014 - 2:03

Ca y'est j'ai voté pour deux histoire ;-)
Revenir en haut Aller en bas
paco
Âme Modérateur
Âme Modérateur
avatar


MessageSujet: Re: Concours : A vos votes !!!   Jeu 6 Fév 2014 - 3:30

Les histoires sont belles et émouvantes écrites avec le coeur. Merci d'avoir donnée du temps et de l'amour, un peu de vous même transpire dans ces textes, voire beaucoup.... Sérala je participe au vote
Revenir en haut Aller en bas
Sérala2
Âme Immortelle
avatar


MessageSujet: Re: Concours : A vos votes !!!   Jeu 6 Fév 2014 - 4:56

Ahhh, c'est bien, je vois que vous êtes venus voter en force,  cool 


Invité
Je te souhaite une lumineuse journée

Car vois-tu mon amour
Je t'aime davantage
aujourd'hui plus qu'hier et bien moins que demain

Le monde nous échappe
il nous reste l'amour, la simplicité
l'humilité de l'amour pour qui l'autre est tout,
voilà ce qu'il nous reste, c'est-à-dire, tout.

Serge Lama


Revenir en haut Aller en bas
pivoine
Âme fidèle
avatar


MessageSujet: Re: Concours : A vos votes !!!   Jeu 6 Fév 2014 - 5:03

une part de votre ame, une mise a nue.

merci de ces ecrits

meme si c est une concours , je me sens gagnante de vous avoir lu .

donc merci a vous.


Revenir en haut Aller en bas
melusine57
Âme Modérateur
Âme Modérateur
avatar


MessageSujet: Re: Concours : A vos votes !!!   Jeu 6 Fév 2014 - 5:03

ce soir promis, je lis vos belles histoires, et je voterai ..  ange3 
Revenir en haut Aller en bas
cyclamen
Âme débutante



MessageSujet: Re: Concours : A vos votes !!!   Jeu 6 Fév 2014 - 8:39

Sérala a écrit:
Voilà, le concours est terminé, je vais vous mettre les histoires qui ont été proposées, à vous de décider laquelle vous plait le mieux. J'ai donné un numéro à chacune de façon à ce que le vote soit neutre. Vous pouvez bien sur voter deux fois.


Concurrent n°1





Concurrent n°2

Bonjour Sérala, je viens de lire tous ces merveilleux contes de noël . J'ai beaucoup hésité , car vraiment le choix est difficile .
Je n'ai pas participé , car noël ,n'est plus pour moi un signe de joie . Il me manque trop ! Je fais la fête avec les enfants, mais le coeur n'y est pas . Celà reviendra sans doute, avec le temps . En ce moment j'ai des soucis . Yannick a eu un accident de voiture , à cause du verglas . Il a fait un demi tonneau . Il y a de fortes chance que la voiture parte à la casse . Lui il s'en sort avec une cote fissurée .
Il avait tellement mal qu'il est allé aux urgences à l' hopital, hier au soir après son travail .Après il a repris la route pour revenir chez nous . L'après midi il avait neigé, assez' pour couvrir finement la route . Il s'est mis à faire un froid de loup, et bien sur à nouveau la glace !Je te dis pas l'angoisse que j'ai eu jusqu'à son arrivée ! Je ne suis plus tranquille car il a du reprendre la vieille voiture ! Bref je suis dans un état de nerfs pas possible; mais le principal c'est qu'il s'en soit assez bien sortit ! Bises





Concurrent n°3

La magie de Noël

C’était une journée tristounette, pas de soleil, on ne voyait même pas le beau ciel bleu mais il ne pleuvait pas. Toute la famille se préparait pour le grand soir mais n’ayant que peu de moyens les parents avaient prévenu les enfants qu’ils n’auraient sans doute pas tous les beaux joujoux qu’ils avaient vus en rêves ! Les parents un peu déçus de ne pouvoir gâter leurs petits chérubins essayaient d’égayer au mieux cette journée !

La matinée avait été occupée à décorer la maison, le petit sapin électrique, un peu ancien mais qui fonctionnait toujours bien. Ensuite c’était le moment de préparer quelques biscuits pour le Père Noël, afin qu’il puisse se restaurer un peut, reprendre des forces pour le reste de ses livraisons ! Les enfants étaient très contents de pouvoir préparer ces quelques biscuits pour le remercier des jouets qu’il allait leur apporter et qu’ils attendaient tant ! Ils mettaient de la farine partout, tout en riant aux éclats et avaient surtout hâte de pouvoir y gouter. Une fois les biscuits cuits et à peine refroidis les enfants y avaient gouté et étaient tout contents qu’ils soient réussis !

C’était déjà l’heure du déjeuner, un repas simple, comme tous les jours ! Ensuite ce fut une promenade dans les bois, pour qu’ils soient bien fatigués le soir venu. Après avoir ramassé presque toutes les feuilles et bouts de bois,  ils commençaient à réclamer à rentrer pour ne pas louper la venue du Père Noël !


Le gouter était d’un petit biscuit du Père Noël (mais il lui en restait encore quelques uns) et d’un verre de lait bien chaud ! Ils jouaient avec leurs jouets en attendant que ce soit l’heure du diner qui n’arrivait pas assez vite à leur gout ! Au diner une petite cuisse de dinde, à défaut d’en avoir une entière, accompagnée de quelques pommes dauphines en forme de simleys, pour égayer ce diner si commun pour les adultes ! Puis un bon bain pour les calmés car l’excitation montait de plus en plus ainsi que leur énervement. Ils mirent les gâteaux dans une assiette au pied du sapin avec un grand verre de lait et une serviette. Ensuite ce fut un film de noël devant lequel la fatigue les emmena dans le pays des rêves. Le temps de les mettre dans leur lit et ils dormaient comment des bébés !

Les parents mirent les 2 cadeaux qu’ils avaient pu acheter sans en être ravis, car les enfants seraient forts déçue à leur réveil et allèrent se coucher à leur tour ! Le papa se réveilla avant la maman et quand il vit tous les cadeaux sous le sapin il n’y croyait pas. Il n’y avait mis que 2 cadeaux et là il y en avait une vingtaine ! Étonnés les parents se demandèrent qui avait bien pu apporter tous ces cadeaux sans vraiment vouloir croire à la magie de noël ! La maman alla réveiller les enfants pour leur dire que le Père Noël était passé. Quand les enfants arrivèrent devant le sapin, ils étaient tout heureux ! Ils sautaient partout et criaient de joie !


Quelle joie pour eux de voir que leurs parents s’étaient trompés en leur disant que le Père Noël ne pourrait peut être pas leur apporter tous les jouets dont ils avaient rêvés ! Les parents étaient tout émus de voir les enfants si heureux de pouvoir ouvrir leurs nombreux cadeaux et à chaque fois l’enfant qui ouvrait son cadeau disait "chouette c’est ça que je voulais, c’est ça que je voulais"… En effet, les parents ne voulaient pas y croire et pourtant, chacun des enfants avait eu tous les cadeaux qu’ils avaient voulus ! Les enfants ont passé toute la matinée et tout l’après midi à jouer avec chacun de leur jouet tour à tour jusqu’à ce que la fatigue les fassent aller au lit pour faire pleins de beaux rêves…

Alors vous n’y croyez toujours pas au Père Noël ?



Concurrent n°4

Mon Noël de rêve

Pour moi Noël est le moment le plus fort de l'année. J'ai sur le forum que je fréquente, une dizaine de fidèles, je dirai même d'amis, de véritables amis. Mon rêve serait de fêter Noël avec tous ces amis et ma famille. Je trouverais une grande maison pour tous nous accueillir et où nous pourrions passer ensemble ces 2 jours habituels dans la joie et la convivialité.


Je m'imagine ce moment, ils arrivent aux environs de 17 heures le 24, mamounette la première, elle est pressée de m’embrasser, ensuite arriverait Lumière Divine et Mélusine et tous prennent possession des lieux, chacun choisissant sa chambre... "qui prendra la chambre bleue ou la chambre pivoine", "qui voudra de la chambre aux secrets ou de la chambre aux chats" ? Je les entends rire et se passer les valises. Les enfants qui les accompagnent sont tout excités et montent et descendent les escaliers heureux d'être là et ensemble. Ça y est, ils ont choisi et je les entends qui descendent un à un pour me rejoindre dans l'immense salle à manger qui va tous nous accueillir ce soir.

J'entends un grand bruit et je me retourne pour apercevoir la pointe d'un sapin qui entre par la porte de l'entrée, j'ai juste le temps de voir quelques flocons voltiger et entrer dans la maison pour s'évaporer aussitôt sous la chaleur du vestibule. Totophe, Paco et  2 hommes costauds installent cet immense sapin, vert et brillant. 3 autres remontent de la cave avec plusieurs cartons sur lesquels sont écrits en gros ses mots "Noël". Les enfants s'agglutinent autour de l'arbre les yeux brillants de plaisir. Chacun s'empare d'une boule ou d'une guirlande et les dépose sur les branches du sapin qui peu à peu devient multicolore. On entend le bruissement de ses feuilles comme s'il était heureux de se voir ainsi aussi joliment paré. Puis chacun s'écarte et je me fais un passage pour aller déposer une magnifique et grande crèche dans laquelle la vierge et Joseph sont installés, ils préparent la venue de cet enfant que le monde attend, cet enfant salvateur qui a changé la face du monde lors de sa naissance il y a environ 2013 ans. Pinson raconte l’histoire de ce petit enfant à quelques uns des petits qui l’écoutent, émerveillés, suçant leur pouce ou berçant leur doudou.


Nous sommes tous autour de l'arbre attendris de voir les enfants qui jouent et qui se chamaillent et pour les calmer un peu nous les envoyons dehors pendant que nous allons préparer le repas de ce soir. je les regarde par la fenêtre, ils courent et se pourchassent dans la neige qui a déjà formé une belle épaisseur. Un bonhomme de neige nait sur la pelouse, les enfants lui enfoncent une carotte au milieu du visage pour lui donner ce nez qui manquerait tant pendant que les plus grands ont commencé une bataille de boules de neige mémorable. Pendant ce temps, nous avons distribué les tâches, il y a les ceux qui vont concocter un bon repas, huitres, foie gras, saumons fumé, dinde grosse et farcie accompagnée de son lit de marron. Cyclamen prépare le plateau de fromage pour les gourmands qui auraient un petit creux et la traditionnelle buche de Noël. Hummmmmmmm...

Il y a ceux qui vont dresser la table, c'est que nous sommes nombreux et ça va prendre du temps. Les tables se recouvrent de nappe d'un blanc immaculé et de chandeliers aux bougies dorées dont la flamme vacille sous le vent que font les passages continuels des personnes. Maïté les agrémente avec des branches de sapin, des boules argentées, Madadza les parsème de poussière argenté et dorée et Petite Etoile dépose assiettes, verres à pied et serviettes blanches à chaque invité. Les tables brillent sous la lumière des bougeoirs et du lampadaire géant qui illumine cette grande pièce. Quelle merveille, plus beau qu'un conte de fée.

Galaxia, Gisou et Pouchni décorent la pièce et bientôt les murs sont recouverts des mêmes habits de fêtes que le sapin arbore fièrement. Le pied de l'arbre commence à se recouvrir de paquets de toute sorte, des grands, des petits, des longs et des larges. J'entends une musique légère qui s'élève, des chants de Noël d'hier et d'aujourd'hui, ces chants qui ont bercé mon enfance, et je me prends à les fredonner doucement au fond de moi. J'ai presque envie de me lancer dans une danse vive et légère et j'ai hâte que les enfants entrent et peuplent cet endroit magique de rire et de cris de joie. Je lève les yeux et je contemple les guirlandes qui ont été jetées à travers la pièce et qui se croisent et se recroisent. Cette maison devient un énorme paquet cadeau, elle déborde de joie, de rire et d'amour. Et je soupire d'aise, quel bonheur d'avoir tout ceux que j'aime avec moi.

Tout à l'heure lorsque minuit sonnera, lorsque nous aurons terminé ce délicieux repas, j'irai installer le petit Jésus dans son lit de paille au milieu de la crèche. L’âne et le bœuf seront prêts pour réchauffer l'enfant et les bergers et les rois mages apparaitront pour l'admirer et le vénérer. Ce geste sonnera l'heure de la distribution des présents entassés sous l'arbre. Ange du bien arrivera, déguisé en père Noël avec une grande houppelande rouge brodé d'hermine blanche. Une barbe blanche et touffue encadrera son visage rieur. Dans son dos, une hotte débordera de jouets et de bonbons. Les enfants seront assis par terre, en rond autour du sapin et ne diront pas un mot, intimidés par le vieil homme.

Pendant qu'il distribuera les cadeaux aux enfants, les adultes s'offriront leurs cadeaux, avec des effusions de rire, "ah le beau pull", "chouette, je voulais justement le dernier livre de Werber" "oh, tu as pensé à cette jolie cravate que j'avais vu dans le magasin". Ces échanges seront arrosés de larmes de joie et de petits cris de plaisir. Attendrie par tous ces élans de bonheur, je remercierais l'invisible de m'avoir permise la réunion de tous ceux que j'aime dans cette belle maison. Enfin, nous nous installerons tous autour du sapin, la cheminée brulera de tous ces feux pour réchauffer tout ce joli monde et nous entendrons pétiller les buches de sapin. Les enfants s'endormiront un à un dans les bras des mamans ou des mamies et soudain, j'entendrais une léger murmure s'élever vers le ciel. Un chant de noël montera dans la pièce, Luc s'installera devant le piano blanc et maladroitement, accompagnera les choristes. Doucement pour ne pas réveiller les petits, tous, nous chanterons, bercés par la chaleur et par ce moment si fort en émotion.


Je serai heureuse d'être là, en ce moment présent je me dirai que finalement, la vie est belle quand elle nous offre de tels cadeaux. J'aurai une pensée d'amour pour tous les malheureux qui passent cette soirée seuls ou dans le froid. C'est un rêve pratiquement impossible à réaliser, parce que réunir tant de monde, trouver une si grande maison peut se révéler très difficile à faire mais c'est mon rêve. Ce doit être mon côté gémeau qui me pousse à vouloir près de moi tous ceux que j'aime mais y penser, avoir cette envie, c'est aussi ma façon à moi de leur envoyer mon amour et de leur crier du fond du cœur : Joyeux Noël.


Concurrent n°5

Un miracle de Noël

Nous étions à deux semaines de Noël, je détestais cette fête. Plus les jours avançaient et plus je devenais terne, renfermée sur moi-même. Je n’ai pas toujours été comme cela, j’ai perdu mon petit ami le soir du réveillon de Noël, il y a deux ans. Ses parents ont eu un accident de voiture, personne ne s’en est sortit. Il avait 17ans. J’ai cru que ma vie allait s’arrêter, contrairement à ce que pensait ma famille, ce n’était pas une amourette d’ado, c’était plus, nous deux c’était "à la vie, à la mort". Il s’appelait Thibault.

Thibault était ce genre de garçon bad boy, toujours prêt à faire les 400 coups avec ses copains, les filles lui tournaient autour mais c’était moi qu’il avait choisi. Quand nous étions tout les deux, il n’avait pas la même attitude qu’au lycée. Avec moi il était sérieux, attentionné et … romantique.
Quand j’y repense ça me fait sourire car il n’avait vraiment pas l’apparence d’un garçon offrant des fleurs à sa copine. Je l’aimais tellement, pas un jour passe sans que je ne pense à lui et avec cette fichue fête qui approche, je sais que mon cœur va encore saigner. Mes parents ne comprennent pas que je puisse "encore" être attachée à lui, que mes sentiments soient toujours les mêmes. Pour eux,  j’ai 18ans et toute la vie devant moi et qu’il est grand temps que j’avance.
- Alicia !


Ma mère m’appelle, nous devons aller faire les boutiques, finir les emplettes.
- J’arrive ! J’enfilai mon manteau, mon écharpe, je détestais le froid et par chez nous à cette époque de l’année, il fait bien froid.

La neige était déjà arrivée, la route a été dégagée pour que les habitants puissent sortir de chez eux. Je détestais me retrouver seule avec ma mère confinée dans la voiture, supportant ses questions qui,  je le savais, (une surtout)  allait revenir encore une fois.

- Ca se passe bien à l’école, ma chérie ? Ta copine Charlotte est revenue ? me demanda t-elle comme si de rien n’était.
- Oui maman, ça n’a pas changé depuis hier, Charlotte est revenue avec un énorme plâtre qui lui recouvre toute la jambe.
- La pauvre, juste avant les fête en plus et le bal qui arrive.

J’espérais qu’elle n’en dirait pas plus, nous n’étions pas loin du magasin à présent.
- Et ce garçon qui vient d’arriver, comment s’appelle t-il déjà ?
- Joshua, maman dis-je d’un ton exaspéré

- Tu lui as déjà parlé ? Il est beau garçon ?

A cet instant, garé sur le parking, je bondis de mon siège et claqua la porte. Je n’avais nullement envie de répondre à ces deux questions là. Nous entrâmes dans le magasin, je filais directement au rayon multimédia. Alors que j’atteignis le premier étalage, mes yeux s’arrêtèrent sur une compilation. Je pris le boîtier dans les mains et parcourais les titres. Mon cœur se mit à bondir dans ma poitrine, la chanson que Thibault et moi adorions, Notre chanson y figurait. Je décidais de l’acheté avec mon argent de poche. L’après –midi fut long, de boutiques en boutiques, je me demandais vraiment quand tout cela allait s’arrêter et que nous pourrions enfin rentrer. Après trois heures d’emplettes, ma mère trouva enfin qu’il était temps qu’on rentre. Ouf !

De retour à la maison, je montais directement dans ma chambre, lança mes affaires à droite, à gauche et mis le cd dans le poste radio. Je fis défiler les chansons pour enfin tomber sur la bonne. Le souffle coupé, j’écoutais sans un bruit, laissant échapper mes larmes. Tous mes souvenirs d’avec Thibault refaisaient surface. Je l’aimais tant, la vie était tellement injuste !

La semaine passa à toute vitesse, c’était enfin les vacances, un bal au lycée était organisé.  Ce n’était pas trop ma tasse de thé mais mes amies me forçaient à y aller. C’est donc avec une grande joie que je me préparais dans ma chambre en attendant que ma copine Alice vienne me chercher. Quand je dis "grande joie"  c’est ironique bien sûr. Seule ma mère était joyeuse de me voir sortir, elle avait prévu la chose, elle me sortit une robe bleu marine, assortit à mes yeux disait-elle, elle m’arrivait aux genoux, froufrouté dans le bas, avec un léger décolleté. Finalement, cette robe m’allait bien. Avant de partir, je remis notre chanson en route.  "C’est avec toi que j’aurais dû y aller" songeai-je. C’est à ce moment là que le cd coupa. Je ne compris pas ce qui se passait. Je tentai de relancer le poste quand Alice arriva. " On verra ça plus tard" pensai-je…

Je montais en voiture avec mon amie, Charlotte était là aussi, avec ses béquilles, elle aurait loupé cette fête pour rien au monde ! Le lycée avait engagé un groupe pour la soirée, l’ambiance était bonne. J’allais me servir un verre de soda quand je vis Joshua. C’est vrai qu’il était beau garçon, brun aux yeux verts.
- Salut ! Dis- je
- Salut Alicia, ça va ?
- Ca va, c’est plutôt réussi comme fête.

Il m’observait longuement, c’était vraiment gênant. Il détourna enfin la tête puis m’offrait son plus beau sourire.
- Tu veux danser ? me dit –il en me tendant la main

Je piquais un fard ne sachant pas trop quoi répondre puis je pensai à ma mère qui serait ravie de l’apprendre et qu’elle me lâcherait certainement la grappe après. J’acceptais donc sa demande me demandant vraiment dans quoi je m’étais embarquée. J’espérais me sortir de cette situation dès que la chanson finirait. Il m’attrapa par la main et m’amena sur la piste de danse. Je vis mes amies me regarder avec des yeux ébahis. Le moment que j’appréhendais arriva, il m’enlaça et nous commençâmes la danse.

J’étais très mal à l’aise, je pensais à Thibault, c’était le seul qui m’avait pris dans ses bras, je n’avais dansé qu’avec lui d’ailleurs. Je me raidis d’un coup quand je reconnue la chanson qui passait. Ca ne pouvait pas être possible, pas celle là, pas maintenant ni dans ces circonstances. Les larmes me montaient aux yeux, je ne pu les contenir, je repoussais Joshua et m’en allait en courant. La réalité revenait comme une claque en pleine figure.

Nous étions à présent le 23 décembre, je n’avais pas eu de nouvelles de Joshua depuis le bal, le pauvre, je l’avais planté là, sans rien dire. Je me sentais vraiment coupable, je ne savais plus que penser. Ma raison me disait de m’ouvrir à nouveau mais mon cœur refusait d’oublier Thibault. J’aurais tout donné pour le revoir à nouveau. Je surpris des larmes qui coulaient à nouveau. Je remis le cd une nouvelle fois lorsque ça se coupa encore. Je sortis le disque, le nettoyait et le remis, cette fois ci, ce fut le poste qui refusait de démarrer ! Je râlais lorsque je sentis quelque chose sur ma joue, je ne bougeais plus, retenant mon souffle. J’avais déjà entendu ma grand-mère parler de ce genre de phénomène, sans trop y croire.

La journée se passa assez rapidement, j’aidais mes parents à préparer la maison pour le réveillon du lendemain. Mon frère et sa femme devaient arrivés au petit matin. Une fois au lit, je repensais à ce qui s’était passé le matin. Alors que je posais ma main sur ma joue à l’endroit où j’avais senti le souffle, la lumière de ma lampe de chevet se mit à clignoter. Je bondis, tétanisée, c’est alors que je sentis à nouveau ce souffle sur mon visage. Je ressentis une vague d’amour  m’envahir, je me sentais bien, vivante, voilà je me sentais vivante, cela faisait deux ans que je ne m’étais pas senti aussi bien. Je réalisais à présent qu’il fallait que j’avance, que je tourne la page, mais Thibault que deviendra –t-il si je l’oublie ? M’en voudra t-il si j’ouvre à nouveau mon cœur ? Sur ces questions, je m’endormis.

Et voilà nous étions le 24 Décembre, ce jour que je redoutais tant, cette joie que les gens éprouvent, tout ces cadeaux au pied du sapin, j’avais passé ces deux dernières années à pleurer cette fête, aujourd’hui, je le savais, il me fallait dire au revoir à mon bien aimé. "Est-ce que je réussirais ?" pensais-je. La journée passa, le soir, avant le dessert, je m’éclipsais, je me rendis sur le balcon de ma chambre. Il y avait pleins d’étoiles, je pense que c’était le meilleur endroit pour lui dire au revoir. Comment dire adieu à son bien aimé, son unique amour ? Je ne savais pas trop comment m’y prendre. Je me mis à fixer une étoile et commença mon discours :


- Thibault mon amour, Cela fait maintenant deux ans que tu es parti, deux ans que mon cœur saigne par ta disparition. Tu me manques tant. Je ne cesse de penser à toi chaque jour. Mes journées sont longues sans toi, si tu savais… C’est très dur pour moi, mais je pense que c’est le bon moment, je dois te laisser, je dois continuer ma vie…" Je pleurais doucement  "Je ne sais pas si j’y arriverais" dis- je en plein doute. A ce moment là, une lumière éclatante étincela à côté de moi, Thibault apparu. Je restais bouche bée, inerte à le regarder. Qu’il était beau ! Il n’avait pas changé du tout.
-Alicia me dit-il en posant ses mains sur mes joues.

Je n’arrivais pas à parler, j’étais scotchée par cette apparition.
-Alicia, tu vas y arriver. Tu vas aller de l’avant, tu auras une belle vie rempli de joie.

Il me fit ce sourire que j’aimais tant.
- Et toi ? Arrivais- je à articuler. Qu’est ce que tu vas devenir ?
- Ne t’en fais pas pour moi, là où je suis, je suis très heureux. Tu dois continuer ta vie Alicia, c’est très important.
- Et puis ce Joshua à l’air très intéressé par toi, me dit il taquin.
- Joshua ?! Que … comment sais tu cela ? Je rougissais comme une pivoine
- Je te vois de là où je suis, je sais que ce garçon est très amoureux de toi, et tu l’as blessé en le laissant tomber au bal l’autre soir.

Je regardais mes pieds
- Tu ne m’en veux pas ?  Dis-je étonnée !

Il me prit le menton pour que nos regards se croisent.
- Bien sûr que non, je te l’ai dit, tu dois continuer ta vie.

- Nous avons eu notre histoire d’amour, nous avons vécu de merveilleuses choses mais maintenant c’est fini, tu dois ouvrir ton cœur à quelqu’un d’autre. Je veux te voir heureuse et épanouie. Je serais près de toi quelque part à veiller sur toi.
- Thibault, je t’aimais tant …
- Moi aussi Alicia…

Sur ces paroles, il se pencha pour m’offrir un dernier baiser. Quand je rouvris les yeux, il avait disparu. Je mis un petit moment pour retrouver mes esprits, je retournais auprès de ma famille avec un sourire qui ne me quittait pas de tout le reste de la soirée.


Concurrent n°6

Le petit peuple des oiseaux

Par une très belle journée ensoleillée, j’étais sur une branche en train d’observer notre grande sœur Dame Nature, ses immenses étendues, ses couleurs magnifiques et intenses. Dame Nature est sagesse, elle donne en abondance sans compter, notre petit peuple vie avec en complète harmonie et nous ne voyons pas les choses autrement. D’ailleurs, au sein de notre " communauté" tout est comme cela, en complète harmonie les uns avec les autres. Il y règne une atmosphère sereine, paisible. Bien sûr chacun a ses tâches bien définies et le fait avec beaucoup d’amour et d’enthousiasme. Nous sommes tous différents et pourtant nous ne faisons qu’un, regardez quand on se déplace en volant tous ensemble, nous ne formons qu’un seul et même nuage, solidaire et  plus résistant au vent. Nous sommes le peuple des petits oiseaux.

Tout en observant la beauté et les dons de notre grande sœur, je vis passer un congénère, son vol était majestueux, il était orné de belles grandes plumes, il avait l’air puissant et vaillant. Il choisit de faire son nid dans un des arbres les plus beaux. Son nid se construisait au fil des jours, et devenait de plus en plus gros à la limite de la démesure. De nombreux oiseaux venus d’autres contrées venaient mettre le bec à la patte, tout ce petit monde s’afférait  à cette somptueuse construction que souhaitait ce nouveau venu dans la grande forêt. Ce bel oiseau ne prenait aucun contact avec nous, pourtant nous lui tendions notre aile, mais rien à faire, il nous regardait  avec dédain. C’est vrai que notre allure physique est complétement différente de la sienne. Nous sommes de petites tailles, nous n’avons que deux couleurs pour les individus masculins, trois pour l’autre sexe. Nos nids sont simples mais douillets et fonctionnels.

Le nid fut fini au bout de quelques mois, et nous n’avions pas plus de contact, il refusait catégoriquement notre aide et notre amitié. Il avait construit un nid gigantesque à plusieurs étages. Le dernier étage était plein de graines, de fruits plus qu’il n’en fallait,  cela  débordait et   tombait souvent sur le sol pour y pourrir. On observait beaucoup d’allers et venus, beaucoup d’invitations étaient lancées, et le lieu devint vite connu et s’attira une notoriété particulière. Nous vîmes passer des oiseaux de toutes sortes, aux plumes très soignées et aux couleurs parfois extravagantes, on ne voyait plus que cela dans le ciel, c’était un sacré spectacle, on avait l’impression que chacun y allait de son plus beau plumage, ils festoyaient à grand train, laissant au sol les traces de leurs fêtes. Chaque jour nous nettoyions le sol rendu impropre par ces nouveaux locataires. Nous prenons soin de notre terre avec beaucoup d’amour, nous voulions qu’elle reste propre par respect pour elle, car nous l’aimions énormément. Le temps passait, nous vaquions à nos préoccupations tout en regardant d’un œil vigilant et attentionné sur ce qui se passait un peu plus haut.

Lors d’une nuit fortement agitée, il y eut des rafales de vent plus importantes que d’habitude, de grandes bourrasques qui ne ménageaient pas nos nids mais ils étaient bien construits et solides, et leurs tailles était parfaitement adaptés au climat que l’on connaissait bien. Le lendemain, après une petite nuit, sous sortîmes tous et nous nous  mîmes à ranger, nettoyer avec humour et grande joie. Bien vite, on aperçut que le grand Nid de notre voisin n’était plus là, on se mit rapidement à sa recherche et très vite nous sommes tombés sur ces tristes restes de brindilles, de branches, de feuilles et de paille tressée, le tout recouvert des graines et des fruits complètement écrasés et irrécupérables. Plus loin, se trouvait notre voisin, inconscient, les plumes sales et noyées par l’eau. Nous le primes délicatement et l’installâmes confortablement dans un de nos petits nids chauds et douillet. Je lui fis un bandage à une patte cassée, séchais et nettoyais délicatement ses ailes. Jour après jour, il reprit conscience mais ne parla pas. Il nous regardait, distant et absent, je ressentais en lui un grand désespoir, une peine profonde.


Dès qu’il put sortir, il se mit immédiatement à appeler ses amis avec qui il avait passé tant de bons moments, mais tous restaient muets, pas un son, pas un battement d’aile à l’horizon. Un jour, alors qu’il était en train de scruter le ciel d’un moindre mouvement, d’un signe quelconque, il vit des oiseaux compagnons, qu’il connaissait bien, du moins croyait-il les connaître. Il leva ses grandes ailes car encore incapable de voler, pour leur faire signe, mais ils passèrent leur chemin dédaigneux, allant rejoindre un autre endroit qui offrait plaisir, nourriture à volonté et oisiveté. Je le vis s’effondrer, le cœur labouré, complètement anéanti. Il resta immobile, figé pendant quelques heures. Je voyais dans ses yeux une incompréhension totale, et il me posa une question : « Pourquoi ? Pourquoi m’ont-ils abandonné, laissé choir comme cela, moi qui leur ai tout donné, mon grand nid, une nourriture abondante, des soirées mémorables à chanter toute la nuit…. Je l’ai laissé réfléchir seul….

Quelque temps après, il revint vers moi et me demanda pourquoi, nous petit peuple d’oiseaux étions venus à son secours, l’avions soigné, hébergé, sans rien demander et sans le juger alors que lui nous prenait de haut et nous jugeait par rapport à ce que nous paraissions. Ici lui dis-je, nous ne jugeons pas, chacun fait des actes en fonction de ce qu’il croit juste pour lui. Parfois, certains comportements peuvent être issus de craintes, de peurs de manque de confiance en soi, de perte de la foi. Une dualité s’impose, l’égo prend place et le mental fait le reste. Il nous impose une loi qui n’est pas la nôtre, mais nous explique et nous prouve que si on ne suit pas sa loi, alors on sera exclu, banni, de cette société. On abandonne  alors tous les repères et on s’en fixe d’autres qui deviennent nos référents, et nous bâtissons notre vie sur ces nouvelles pierres que nous croyons fiables.


[justify]Nous créons notre avenir à partir de nos actions, qui elles mêmes proviennent de nos pensées formulées par un mental qui obéit à un Ego.
- Mais comment le savoir, on ne nous dit rien !!!
- Il est vrai que l’on n’entend parfois pas grand-chose, mais faut-il encore que notre cœur soit à l’écoute. Une bonne terre ne doit-elle pas être labourée, travaillée, avoir eu un apport d’engrais pour qu’elle soit bien fertile et nous donner des fruits et des graines à profusion.
- Mais quand tu dis labourée,  que sous-entends-tu par-là ?
- Une terre devient stérile par qu’elle a été  trop exploitée, trop d’éléments extérieurs un peu comme des pesticides qui à force d’utilisation ont  brulé, consommé toutes richesses organiques. Il faut donc la travailler, l’aérer, lui apporter des éléments nutritifs, faire qu’elle se repose, un nombre d’actions suffisant pour lui permettre de redevenir fertile.

- Tu veux dire par là que mon cœur est stérile »
- Il faut changer de « terrain de jeux » pour qu’il soit plus propice à une vie différente.
- Mais comment comprendre qu’il faut changer de terrain de jeu et quand tu parles de terrain de jeu tu veux dire "façon de penser" ?
La manière de pensée est un début oui, elle façonne l’individu, en découlera des actions  qui deviendront des habitudes de vie puis un destin. Les épreuves de la vie te montreront très vite si tu es sur le bon chemin. Si l’énergie de ton cœur apprécie tes faits et actes.
-  Tu es en train de me dire que ce qui vient d’arriver, la destruction de mon nid, les amis qui me tourne le dos, ton aide et celui de ton peuple sont une expérience que je dois vivre pour comprendre que l’énergie de mon cœur est en train de me dire que je fais fausse route ?
N’es-tu pas déjà en train de te remettre en cause par ton questionnement ?
- Je m’aperçois que ton peuple est venu à mon  aide, sans jugement et avec amour  alors que je vous dénigrais et que finalement les amis que je croyais  Amis, se sont détournés  dès la première occasion.

- Les amis que tu avais, n’était-ce pas là le fruit de tes pensées égotiques ?
- Tu veux dire que  par ma façon de penser, d’être, j’ai attiré tout cela ?
En quelques sortes oui, c’est comme un aimant, on attire à soi  ce que l’on est, et parfois l’énergie du cœur a besoin de montrer efficacement le  résultat de ta construction.
- Je crois que je viens de comprendre la leçon et je te demande pardon pour toute mon attitude depuis le début, tu es plus petit que moi et ton plumage ne te favorise pas et pourtant je suis là comme un enfant à tes genoux, en pleurant de joie parce que je viens de retrouver une émotion que j’avais perdue, elle me fait vibrer tout mon corps, j’ai l’impression d’être plus léger, un nouvelle force m’envahit, c’est magnifique cette sensation de force, de bien être, je connais enfin le sentiment de paix intérieure.

Et c’est à ce moment-là que notre bel oiseau vit un point lumineux en provenance du petit oiseau, ce point devint de plus en plus grand pour entourer et donner des couleurs incroyables toutes plus belles les unes que les autres, plus lumineuses que jamais.
- Mais que se passe-t-il ?
Tu me vois avec ton cœur maintenant et non plus avec tes yeux, ce que tu croyais être n’était que le fruit de ta création et j’y ai participé car je devais jouer ce rôle pour t’enseigner.
- Si toi tu as joué un rôle, moi aussi dans ce cas !!!
Oui, et maintenant tu le sais….alors à toi de jouer, vole avec tes nouvelles ailes maintenant !!!!
Revenir en haut Aller en bas
Canto
Âme fidèle
avatar


MessageSujet: Re: Concours : A vos votes !!!   Jeu 6 Fév 2014 - 12:57

Merci pour ces jolies histoire qui viennent du ♥️, faire un choix n'est pas évident Wink
C'est fait.
Bisous
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Concours : A vos votes !!!   Jeu 6 Fév 2014 - 15:05

voili c'est fait  fleurgaie 
Revenir en haut Aller en bas
Sérala2
Âme Immortelle
avatar


MessageSujet: Re: Concours : A vos votes !!!   Ven 7 Fév 2014 - 1:28

merci  fleurgaie fleurgaie fleurgaie fleurgaie 


Invité
Je te souhaite une lumineuse journée

Car vois-tu mon amour
Je t'aime davantage
aujourd'hui plus qu'hier et bien moins que demain

Le monde nous échappe
il nous reste l'amour, la simplicité
l'humilité de l'amour pour qui l'autre est tout,
voilà ce qu'il nous reste, c'est-à-dire, tout.

Serge Lama


Revenir en haut Aller en bas
Sylou
Âme Administrateur
Âme Administrateur
avatar


MessageSujet: Re: Concours : A vos votes !!!   Ven 7 Fév 2014 - 7:02

De magnifiques histoires !

Je ne savais pas vraiment pour lesquelles voter !

Mais j'ais écouter mon coeur et les frissons qu'elles m'ont données !

Vote effectué !




C'est ce que je m'applique depuis que je suis sur ce forum !

Sylou
.
Revenir en haut Aller en bas
melusine57
Âme Modérateur
Âme Modérateur
avatar


MessageSujet: Re: Concours : A vos votes !!!   Ven 7 Fév 2014 - 13:00

je viens de lire vos contes de Noël, et je suis surprise par la qualité et l'amour qui s'en émane, vous êtes tous des écrivains.. j'ai vraiment aimé vos textes et chacun avaient une résonance sur mon vécu !! rhoo, cela va être si difficile de voter..

un grand merci pour le temps que vous avez pris à nous concocter ces jolis écrits..

gros bisous à tous
Revenir en haut Aller en bas
cyclamen
Âme débutante



MessageSujet: Re: Concours : A vos votes !!!   Sam 8 Fév 2014 - 9:27

J'ai déjà voté et répondu...mais semble t il pas au bon endroit ! ça devient une habitude !
J'ai beaucoup aimé tous ces textes , et choisir n'a pas été facile ! J'ai voté 2 fois , comme permis .
j'ai trouvé que ces histoires avaient beaucoup de coeur ! Bravo à tous et toutes .
Revenir en haut Aller en bas
marion16
Âme Immortelle
avatar


MessageSujet: Re: Concours : A vos votes !!!   Sam 8 Fév 2014 - 16:26

Merci pour tous vos récits dont certains m'ont vraiment touchés, pas facile de voter!
Revenir en haut Aller en bas
Fontaine
Âme naissante
avatar


MessageSujet: Re: Concours : A vos votes !!!   Dim 9 Fév 2014 - 14:06

Je sais, je ne viens jamais ici mais je ne sais pas quoi dire, je suis une grande timide. Mais j'ai promis à ma sœur de venir voter, alors, voila. Bonne soirée à tous.
Revenir en haut Aller en bas
Sérala2
Âme Immortelle
avatar


MessageSujet: Re: Concours : A vos votes !!!   Lun 10 Fév 2014 - 1:34

Ben oui, là, t'avais intérêt mais qu'est-ce que je pourrais bien faire pour que tu me prennes un peu de hardiesse, je serai si contente si tu venais ici régulièrement, je te verrai encore davantage  :triste: Je t'aime ma petite sœur...  coeur3 


Invité
Je te souhaite une lumineuse journée

Car vois-tu mon amour
Je t'aime davantage
aujourd'hui plus qu'hier et bien moins que demain

Le monde nous échappe
il nous reste l'amour, la simplicité
l'humilité de l'amour pour qui l'autre est tout,
voilà ce qu'il nous reste, c'est-à-dire, tout.

Serge Lama


Revenir en haut Aller en bas
 
Concours : A vos votes !!!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» CSE 14 décembre : avis favorable au projet de loi sur la refondation de l'école (détail des votes)
» Bettes et pois chiches à la Tunisienne
» "Le Monde" prévoit un vote enseignant de gauche : la thérapie par le rire (jaune)
» 2 votes contre la chasse et le cirque
» Présidentielle : il faudra payer pour voter

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Au-Delà de cette vie :: Archives du forum :: Concours de Noël-
Sauter vers: